Publié le 27 janvier 2021

Intervention de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer | Lutte contre le Covid-19 à Mayotte, le 27 janvier 2021

Mercredi 27 janvier 2021, Sébastien Lecornu s'est adressé aux Mahoraises et aux Mahorais sur la situation sanitaire et sécuritaire à Mayotte.

Seul le prononcé fait foi

 

 

Chères Mahoraises,

Chers Mahorais,

 

Si je m’adresse aujourd’hui directement à vous, c’est parce que la situation à Mayotte est très préoccupante.

-    Préoccupante sur le plan sanitaire avec la recrudescence de l’épidémie de la Covid-19 depuis quelques semaines.

-    Préoccupante également sur le terrain de la sécurité comme nous l’ont encore rappelé les trois homicides commis entre les vendredi 22 et dimanche 24 janvier sur Petite-Terre.

 

Mais je veux que les choses soient claires : l’Etat est pleinement engagé à vos côtés et continuera de mobiliser tous les moyens nécessaires pour faire face à cette situation exceptionnelle.

 

Comme vous le savez, Mayotte connaît une situation épidémique d’autant plus préoccupante que le variant 501, mieux connu comme étant le variant dit “sud-africain” de la Covid-19, que l’on sait plus contagieux, a été détecté par les services de l’Agence régionale de santé (ARS) le 18 janvier dernier.

 

Les chiffres parlent d’eux même : entre le 2 et le 23 janvier, le taux d’incidence est passé de 46 à 220 cas pour 100 000 habitants. 

Nous devions donc agir.

 

Avant même que nous n’ayons eu confirmation que le variant 501 était présent à Mayotte, le Ministre de la santé et des Solidarités, Olivier VÉRAN, et moi-même, avons demandé au préfet et à la directrice générale de l’ARS de prendre des mesures immédiates pour vous protéger :

-    Suspension des vols internationaux et des liaisons maritimes.

-    Conditionnement des déplacements vers la Réunion ou l’hexagone, dans un sens comme dans l’autre, à un test PCR négatif de moins de 72h et au respect d’une septaine.

 

-    Mise en place d’un couvre-feu de 18h à 4h du matin pour limiter les interactions sociales au strict minimum.

Nous avons également demandé au préfet de renforcer les moyens de lutte contre l’immigration clandestine pour réduire au maximum les risques d’importation du variant.

 

Nous espérons que ces mesures drastiques produiront leurs effets le plus rapidement possible. C’est une question de santé publique et de protection de la population. 

 

Nous ne transigerons jamais avec cet impératif.

J’ai bien conscience que l’ensemble de ces mesures peut fortement impacter votre vie quotidienne ainsi que l’économie locale. 

Mais nous n’avons pas le choix : c’est le seul moyen pour endiguer l’épidémie.

A Mayotte comme dans l’hexagone, nous déployons également l’ensemble des dispositifs de soutien à l’économie : activité partielle, prêts garantis par l’Etat, fonds de solidarité ou encore report des charges sociales et fiscales. 

 

Cela représente d’ores-et-déjà plus de 200 millions d’euros de mesures d’urgence économique pour les entreprises. Nous continuerons à agir de la sorte tant que la crise sanitaire ne sera pas derrière nous.

 

Avec la mise au point d’un vaccin, nous commençons à entrevoir le bout du tunnel. 

A ce titre, nous avons tenu à accélérer la mise en œuvre de la stratégie vaccinale à Mayotte :

-    Ce lundi 25 janvier, les premiers vaccins ainsi qu’un congélateur de stockage sont arrivés à bord d’un avion militaire A400M. De nouvelles doses seront livrées dès le jeudi 28 janvier et à échéance régulière au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

-    Par ailleurs, une évaluation du besoin en renforts humains et matériels est actuellement en cours pour nous permettre d’ajuster notre riposte et de mobiliser en temps voulu la réserve sanitaire et le service de santé des armées.

 

Je ne pouvais vous adresser ce message sans revenir sur les tragiques évènements du week-end dernier et le meurtre de trois Comoriens.

 

Ces crimes ne doivent pas rester impunis. Je les condamne avec la plus grande fermeté. Dès la survenance des faits, le préfet a immédiatement mobilisé l’ensemble des forces de police et de gendarmerie pour mettre fin à ce qui semble être des règlements de compte entre bandes comoriennes.

 

Sous l’autorité du Procureur de la République, des enquêtes judiciaires sont en cours pour déterminer les circonstances de ces crimes, interpeller les auteurs et les présenter à la justice.

 

Sans attendre, avec le Ministre de l’intérieur, Gérald DARMANIN, nous avons envoyé deux pelotons de gendarmerie mobile. Ils sont sur place depuis ce matin et seront chargés prioritairement d’assurer la sécurité du quartier de La Vigie. 

 

Par ailleurs, une dizaine de militaires spécialisés arriveront dans les tous prochains jours pour renforcer les capacités d’enquête judiciaire.

 

Ces renforts s’inscrivent dans une action de long terme de l’Etat afin de renforcer votre sécurité. En 5 ans, c’est 60 % de policiers et de gendarmes en plus qui ont été affectés à Mayotte. 

 

C’est un effort sans précédent et nous n’hésiterons pas à les renforcer encore davantage si les circonstances l’exigent. Par ailleurs, je me dois d’être totalement transparent avec vous : si nous assistons à une recrudescence de certains affrontements c’est aussi parce que nos forces de l’ordre multiplient les interventions et déstabilisent des réseaux puissants.

 

Mais en matière de sécurité, tout n’est pas qu’une question d’effectifs : il faut s’attaquer à la racine du problème, aux causes de la délinquance.

 

Avec le conseil départemental - qui est compétent en matière d’aide sociale à l’enfance (ASE) -, nous agissons pour redonner des perspectives et un cadre à des milliers de jeunes déscolarisés et, pour une partie d’entre eux, sans référents parentaux.

 

Autrement, nous continuerons d'accroître les effectifs de policiers et de gendarmes sans jamais régler ces problèmes structurels.

 

Santé, sécurité mais également lutte contre l’immigration clandestine. 

Il s’agit pour ce Gouvernement d’une priorité absolue.

Avec près d’un tiers de la population en situation irrégulière, rien ne pourra changer si l’immigration n’est pas maîtrisée. Les tensions communautaires, les pressions sur l’accès à l’école, la difficile gestion de la ressource en eau en sont la conséquence directe.

 

En la matière, l’Etat n’a jamais mis autant de moyens et continuera de le faire. 

 

En un an, avec l’opération Shikandra, nous avons doublé le nombre de bateaux-intercepteurs tout comme les effectifs de la police aux frontières.

Grâce à cette mobilisation sans précédent, plus de 27 000 personnes ont été reconduites à la frontière en 2019 permettant pour la première fois d’inverser les flux migratoires.

 

Si la fermeture des frontières entre Mayotte et l’Union des Comores entre mars et août 2020 a entravé nos efforts, j’ai tenu à relancer cette dynamique dès ma nomination comme Ministre des Outre-mer. 

 

Enfin, j’ai demandé au préfet d’amplifier la lutte contre l’habitat indigne qui nuit au cadre de vie et constitue un terreau propice à la délinquance. 

 

Dans le cadre de ces opérations d’ampleur, comme celle conduite à Ouangani en novembre dernier, les clandestins interpellés sont immédiatement reconduits à la frontière.

 

Au-delà de cette situation sanitaire, sécuritaire et migratoire exceptionnelle, sachez que l’Etat sera présent pour vous accompagner dans le développement de vos services publics.

 

Nous honorons et honorerons cette promesse républicaine qui vous a été faite quand vous avez fait le choix de devenir un département, lors du référendum de 2009.

 

En complément des moyens déjà mis en œuvre dans le cadre du “Plan d’avenir pour Mayotte”, des moyens financiers exceptionnels seront déployés dans les mois qui viennent:

-    Dans le cadre du plan de relance, plus de 88 millions sont d’ores et déjà fléchés vers Mayotte en plus des mesures générales qui ont vocation à s’y appliquer aussi. 

A cela s’ajoute le plan de relance européen qui permettra à Mayotte d’accéder à un financement de près de 106 millions d’euros jusqu’en 2023. 

 

-    En ce qui concerne les fonds européens, Mayotte bénéficiera d’un doublement de son enveloppe financière au titre de la période 2021 / 2027 passant de 229 à 479 millions d’euros.

Ces centaines de millions d’euros ne sont pas que des chiffres : ce sont des écoles, des équipements sportifs et culturels, des moyens pour la santé et des infrastructures en plus.

 

Enfin, même s’il s’agit d’une compétence décentralisée, l’Etat signera très bientôt un “Pacte sur l’eau” avec le président du SMEAM et le conseil départemental pour accélérer les travaux pour l’eau potable et l’assainissement.

 

L’objectif est clair : faire face aux prochaines saisons sèches et fournir de l’eau à l’ensemble de la population.

Vous l’avez compris, à Mayotte la situation est exceptionnelle et vous pouvez compter sur ma mobilisation de tous les instants.

 

L’ensemble des services de l’Etat et les milliers d’agents publics sont pleinement investis dans leur mission et je sais pouvoir compter sur l’engagement personnel du Préfet, de la directrice générale de l’ARS et du Recteur pour améliorer votre quotidien.

 

Je tiens également à saluer l’implication continue des élus, parlementaires comme élus locaux, et de l’ensemble du tissu associatif, qui contribuent activement au développement de ce territoire qui regorge de richesses exceptionnelles et qui est une chance pour la République.

 

Vous le savez, nous n'avons pas pu nous rendre à Mayotte fin 2020 avec le Ministre de l’intérieur et le Garde des Sceaux mais nous viendrons dès que les conditions sanitaires le permettront. Mais cela ne nous a pas empêchés d’agir concrètement. Je note que certains dans le passé se sont déplacés pour parler sans agir. Je note aujourd'hui aussi que certains tentent d'instrumentaliser cette actualité à des fins de politique nationale.

 

Ce que vous souhaitez ce sont des résultats. Et c'est là-dessus que le Gouvernement auquel j'appartiens veut être jugé.

 

C'est ce que nous a demandé le Président de la République.

 

Vous pouvez compter sur moi !

 

Je vous remercie et à très bientôt.

 

 

 

Contact

 

Service presse
Mél : mompresse@outre-mer.gouv.fr

Partager

À voir aussi