Publié le 25 février 2021

Sébastien Lecornu demande la levée des blocages en Guadeloupe et appelle à poursuivre les discussions

Paris, le 25 février 2021 - Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, suit avec attention la situation sociale en Guadeloupe et demande la levée immédiate des blocages routiers, qui impactent avant tout la vie quotidienne des Guadeloupéennes et des Guadeloupéens. Il a donné mandat au Préfet de Guadeloupe et au Directeur des Finances Publiques de Guadeloupe de poursuivre les discussions. L’ensemble des outils de droit commun existants, ainsi que les facilités de paiement des charges fiscales et sociales, pourra être mobilisé pour accompagner les entreprises guadeloupéennes dans le contexte économique actuel.

 

À cette occasion, le ministère des Outre-mer rappelle que les entreprises de Guadeloupe ont bénéficié de plus d’un milliard d’euro de mesures d’urgence économique (650 M€ au titre du prêt garanti aux entreprises, 140 M€ au titre de l’activité partielle, 150 M€ au titre du fonds de solidarité). Plus de 150 M€ de mesures économiques d’urgence ont ainsi bénéficié aux entreprises de Guadeloupe des secteurs des transports et du BTP.

Les charges fiscales et sociales constituées pendant la crise sanitaire peuvent faire l’objet d’un moratoire jusque 36 mois, pour l’ensemble des entreprises qui le demandent. Par ailleurs la loi de financement de la sécurité sociale a prévu une mesure d’exonération de charges sociales patronales pendant les mois de novembre, décembre 2020, janvier et février 2021 pour les entreprises de moins de 250 salariés les plus touchées par la crise économique, ayant fait l’objet d’une fermeture administrative ou appartenant aux secteurs S1 ou S1 bis et perdant plus de 50% de chiffre d’affaires.

L’État a mobilisé la commande publique à un niveau élevé en faveur des entreprises de Guadeloupe, avec des marchés tels que le CHU de Guadeloupe, ou les différentes mesures du plan de relance qui prévoient plus de 60 M€ de commande publique supplémentaire en Guadeloupe, via la rénovation des réseaux d’eau ou des bâtiments publics.

Par ailleurs, depuis le début de la crise sanitaire, l'État soutient les collectivités territoriales de Guadeloupe. En 2020, l'État a compensé leurs pertes de recettes fiscales. Plus de onze millions d'euros d'acompte ont déjà été versés. De plus, un soutien exceptionnel en investissement de près de douze millions d'euros est prévu en 2020 et 2021, en sus des dispositifs de droit commun. Enfin, le dispositif COROM permettra d'accompagner trois communes guadeloupéennes, Pointe-à-Pitre, Basse-Terre et Saint-François pour qu'elles redressent leurs finances et diminuent leurs créances envers leurs fournisseurs.

 

« Si le droit de manifester est un droit fondamental, aucune revendication ne saurait justifier les atteintes à l’ordre public. Les contacts pour trouver une solution sont réguliers entre les élus, les professionnels et les services de l’État : il est donc nécessaire de privilégier le dialogue démocratique et le respect de l’État de droit plutôt que le recours à la force »

 

conclut Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer.

Contact

 

Service presse
Mél : mompresse@outre-mer.gouv.fr

Partager