Publié le 29 novembre 2016

Saint-Pierre-et-Miquelon - Informations Pratiques

Toutes les informations pratiques pour préparer un séjour ou une installation à Saint-Pierre-et-Miquelon

Formalités d’entrée sur le territoire

Un passeport en cours de validité est obligatoire.

Décalage horaire

Le décalage horaire est de - 4 heures en hiver comme en été.
Exemple : quand il est 16h00 à Paris, il est 12h00 à Saint-Pierre.

Téléphone

Pour joindre le territoire, composer le 05 08 + les 6 chiffres du numéro de votre correspondant.

Electricité

220 volts ; prises françaises.

Monnaie et banques

Depuis le 1er janvier 1999, la monnaie légale est l’euro. Il existe une banque locale : la Banque des Saint-Pierre et Miquelon affiliée à la Caisse d’Epargne qui est également présente sur le territoire. La Poste propose également des services financiers.
En savoir plus : site Internet de l’Institut d’Emission d’Outre-Mer

Enseignement

L’enseignement à Saint-Pierre-et-Miquelon est le même que dans l’hexagone et suit un calendrier et des programmes d’enseignement identiques. La collectivité territoriale n’a pas la responsabilité de la construction ou de l’extension des lycées et des collèges, ni autorité pour les importantes réparations et le fonctionnement de ces établissements (les lois de décentralisation ne s’appliquent pas à l’archipel).
 
Le service de l’Éducation nationale assure la responsabilité de l’enseignement public et privé à Saint-Pierre-et-Miquelon. Sa mission s’exerce sur l’enseignement pré-élémentaire, élémentaire, et sur le second degré. Une partie de ses moyens est également consacrée à l’enseignement spécialisé. L’enseignement public de l’archipel (hors écoles maternelles) compte une école primaire, deux écoles élémentaires (dont une sur Miquelon), un collège, un lycée général, un lycée professionnel et une annexe du collège à Miquelon. Ces établissements ont accueilli 664 élèves sur l’année scolaire 2015-2016. L’enseignement privé, sous contrat d’association avec l’Etat, compte deux écoles élémentaires et un collège (une section technique est rattachée à cet établissement). L’enseignement privé comptait 309 élèves à la rentrée scolaire 2015.
 
Après le baccalauréat, les élèves peuvent poursuivre leurs études à l’extérieur en bénéficiant de bourses mensuelles délivrées par le conseil territorial ainsi que la prise en charge annuelle des frais de transport aller/retour entre l’archipel et la ville de destination de l’étudiant. Quelques 276 étudiants ont perçu une bourse de scolarité pour l’année scolaire 2015-2016.
 
Plus de détails :     

 Santé

Le secteur de la santé dans l’archipel s’organise principalement autour deux établissements, le centre de santé et le centre hospitalier François Dunan, suppléé par des évacuations sanitaires vers les centres de soins canadiens et métropolitains ainsi que de quelques praticiens libéraux.
 
Le centre de santé est une structure pluridisciplinaire qui a ouvert ses portes le 2 janvier 2007. Géré par la caisse de prévoyance sociale, il assure une mission de médecine générale, de kinésithérapie, de soins infirmiers de ville, d’orthophonie, d’orthodontie, de dentisterie et produit l’ensemble des prothèses dentaires pour les différents praticiens de l’archipel.
 
Le centre hospitalier François Dunan (CHFD) est le seul établissement public de santé de l’archipel, il constitue le pivot dans l’organisation de l’offre sanitaire locale et le premier recours dans la prise en charge des urgences. Installé sur 13 000 m2, le CHFD est doté actuellement d’un équipement mobilier et bio-médical de qualité, avec un service des urgences, deux blocs opératoires, un service de radiologie, un de biologie et trois postes de dialyse, permettant une prise en charge de la plupart des situations de soins critiques. Il comporte 35 lits médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), deux lits de maternité et comporte également un secteur gériatrique de 60 lits qui se répartissent en 28 lits d’USLD (unité de soins de longue durée) et 32 lits au sein de la maison de retraite.
 
Afin d’assurer la qualité et la qualité des soins, le CHFD a développé les missions médicales spécialisées de façon régulière au cours des dernières années et développe depuis 2012 un programme de télémédecine pour améliorer l’accès aux soins spécialisés de la population comme la télédialyse et la téléimagerie. 
 
Cependant, certains soins médicaux ne peuvent pas être dispensés dans l’archipel. Dans ce cas, les patients sont dirigés vers d’autres centres de soins, majoritairement canadiens. Le centre hospitalier canadien le plus proche (à 45 minutes de vol) est celui de Saint-John’s de Terre-Neuve.
 
Par ailleurs, bien que faible, le secteur libéral des professions de santé est présent dans l’archipel. En 2015, ce secteur comptait un kinésithérapeute, un médecin généraliste, deux chirurgiens dentistes, un pharmacien, un podologue et deux ostéopathes.

Social

L’action sociale s’articule principalement entre le Conseil territorial, la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) et les Centres communaux d’action sociale (CCAS) de Saint-Pierre et de Miquelon-Langlade. Plusieurs acteurs peuvent intervenir, tant sur le plan administratif que financier, en fonction des différentes conditions d’attribution des aides. Elle est ventilée entre l’aide sociale aux personnes âgées, aux handicapés et aux familles. Par ailleurs, le Conseil territorial dispose de 32 logements sociaux.
 
La Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) de Saint-Pierre-et-Miquelon instituée par l’article 3 de l’ordonnance n° 77-1102 du 26 septembre 1977, est un organisme qui a à la fois les prérogatives d’une CAF, d’une CARSAT, d’une CPAM, et d’une URSSAF avec des adaptations locales. Outre ses missions d’assurances maladie et d’accident du travail, la CPS intervient sur un ensemble d’aides et d’allocations en faveur des familles, des personnes handicapées et des personnes âgées. Parallèlement, dans le cadre de son régime général d’assurance, la CPS assure des prestations sociales en matière familiale et en faveur des personnes âgées.

Dessertes aériennes et maritimes

L’archipel Saint-Pierre dispose d’un aéroport (Saint-Pierre-Pointe-Blanche) d’où sont assurées des liaisons régulières avec plusieurs aéroports canadiens (compagnie Air Saint-Pierre). Une liaison maritime de fret relie le port de Saint-Pierre au port d’Halifax en Nouvelle-Écosse. Il n’existe pas de liaison régulière, ni maritime, ni aérienne, entre l’archipel et la métropole.
 
Partager

À voir aussi