Publié le 7 novembre 2016

Les forces de souveraineté outre-mer et le SMA

Les trois armées et services communs du ministère de la Défense constituent les forces de souveraineté outre-mer et assurent, sous l’autorité du chef d’état-major des armées, la protection du territoire et des intérêts stratégiques de la France.

Les forces de souveraineté outre-mer
Les forces armées contribuent à trois des grandes fonctions stratégiques de la Défense française : protection, connaissance-anticipation et prévention. Les départements et collectivités d’outre-mer où sont réparties ces forces représentent 4 % de la population française, 18,8 % du territoire et 96 % des zones économiques exclusives (ZEE).
Les forces armées soutiennent également l’action de l’Etat dans les départements et collectivités, constituent des points d’appui pour conduire des opérations éloignées de la métropole et mettent en œuvre la coopération militaire bilatérale avec les pays limitrophes. Enfin, ces forces conduisent des missions spécifiques liées à leur environnement difficile voire hostile (intervention en cas de catastrophe naturelle, lutte contre les trafics, sécurité du centre spatial guyanais, lutte contre l’orpaillage clandestin en Guyane, etc.).
Outre-mer, ce sont donc plus de 7 000 militaires qui assurent de façon permanente la défense de nos intérêts vitaux sur trois zones bien distinctes :
  • la zone Caraïbes qui comprend les forces armées en Guyane (FAG – 2000 militaires) et les Forces armées aux Antilles (FAA – 1 200 militaires), stationnées en Martinique et en Guadeloupe ;
  • la zone Pacifique avec les forces armées en Polynésie française (FAPF – 1 000 militaires), principalement stationnées à Tahiti, et les Forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC – 1 000 militaires) ;
  • la zone Océan Indien avec les forces armées en zone sud de l’Océan Indien (FAZSOI – 1 900 militaires) qui stationnent à La Réunion et possèdent un détachement permanent à Mayotte. Les FAZSOI ont en charge la surveillance des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF).
Le service militaire adapté (SMA)
Cette institution, placée sous la responsabilité du directeur général des outre-mer et commandée par un officier général, permet à de jeunes volontaires en situation d’échec scolaire ou désocialisés de retrouver un cadre de vie propice aux apprentissages fondamentaux et professionnels. Pendant dix à douze mois, ces jeunes sont pris en charge par la communauté militaire et reçoivent des savoir-faire mais aussi un véritable « savoir-être ». A la fin de leur scolarité, forts d’une formation valorisante et de valeurs solidement ancrées, ces jeunes volontaires se réinsèrent aisément dans le monde professionnel et la société.
L’opération Harpie
Sous la double autorité du préfet de Guyane et du procureur de la République, l'opération de police administrative et de police judiciaire « Harpie » fédère l'action quotidienne, en forêt et le long des fleuves, de quelques 120 gendarmes  et 300 militaires des forces armées en Guyane (FAG) dans le cadre d'un dispositif évolutif à la menace. Cela représente environ 3500 missions en forêt par an, dont certaines de très grande ampleur mobilisant pour chacune d'elle près de 350 militaires et gendarmes pour une durée moyenne de 6 semaines en forêt.
Partager

À voir aussi