Publié le 8 novembre 2016

Guadeloupe - informations pratiques

Toutes les informations pratiques pour préparer un séjour, ou une installation en Guadeloupe

Décalage horaire

Le décalage horaire est de : - 5 heures en hiver et - 6 heures en été.
Exemple : en hiver, lorsqu’il est midi (12h00) à Paris, il est 7 h 00 du matin à Pointe-à-Pitre.

Téléphone

Pour joindre le département, composer le 05 90 + les 6 chiffres du numéro de votre correspondant.

Monnaie - Banques

La monnaie légale est l’euro. Toutes les grandes banques sont représentées dans l’île.

Electricité

220 volts ; prises françaises.

Animaux domestiques

L’importation d’animaux carnivores domestiques dans les départements d’Outre-Mer est soumise à quelques précautions sanitaires.
  • L’animal devra impérativement être identifiable par tatouage ou puce électronique.
  • Un certificat international de bonne santé établi par un vétérinaire praticien datant de la semaine précédent le départ vous sera demandé par la compagnie aérienne ;
L’introduction d’animaux de compagnie autres que les carnivores domestiques fait l’objet d’une réglementation particulière, il est donc recommandé de prendre contact avec la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) ou la Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Protection des Populations (DDCSPP) de votre département avant votre départ.

Enseignement

L’enseignement en Guadeloupe est le même qu’en métropole et suit un calendrier et des programmes d’enseignement identiques. Pour la rentrée 2008-2009, les effectifs scolarisés du 1er degré s’établissent à 60 741 (dont 54 646 pour le public et 6 095 pour le privé) répartis dans 344 écoles, 52 547 pour le second degré, répartis dans 93 établissements (dont 47 134 pour le public et 5 413 pour le privé).
La Guadeloupe affiche un taux de réussite au baccalauréat en constante progression depuis plusieurs années (76,5 % en 2007). L’université accueillait 8 718 étudiants à la rentrée 2007.
 
En savoir plus :

Environnement

L’environnement de la Guadeloupe offre une grande diversité de milieux naturels, terrestres et marins. La Guadeloupe fait partie des 25 zones les plus riches en biodiversité au plan international.
Plusieurs zones bénéficient d’une protection exceptionnelle comme le volcan de la Soufrière et la partie haute de la Basse-Terre, partie intégrante du parc national de la Guadeloupe.
Créé en 1989 le parc national de la Guadeloupe couvre une superficie de 33 500 ha (dont 17 300 en zone centrale) et est ainsi le plus vaste des parcs nationaux de Petites Antilles. Le parc gère également la réserve naturelle nationale marine du Grand Cul-de-Sac-Marin (3 706,5 ha, reconnue zone humide d’importance internationale) et la réserve Homme et Biosphère de l’UNESCO, reconnue en 1992 [1]. Cette dernière est intégrée au parc national avec sa zone périphérique et la zone humide d’importance internationale RAMSAR du Grand Cul de Sac Marin (20 000 ha) englobant en son sein la réserve naturelle marine nationale.
En octobre 2007, le Parc national de la Guadeloupe a obtenu son adhésion à la Charte européenne du tourisme durable dans les espaces protégés. Cette distinction, décernée par la Fédération des Parcs naturels et nationaux d’Europe (EUROPARC), est une reconnaissance de l’engagement et du travail accompli depuis plusieurs années par les équipes de l’établissement en faveur d’un développement touristique respectueux des espaces naturels et des habitants. Le label obtenu par le Parc national devrait permettre à la Guadeloupe d’être distinguée au niveau européen comme territoire d’excellence en matière de tourisme durable.
Le Conservatoire du littoral a défini un programme d’interventions qui concerne une vingtaine de sites. Il a acquis les espaces les plus remarquables du littoral représentant une surface protégée d’environ 500 hectares. Ces sites comprennent la Pointe des Châteaux, La Grande Vigie - Barre de Cadoue, les Monts Caraïbes, Marais de Port-Louis, Grand Cul de Sac Marin (Golconde Belle Plaine, Sainte-Rose, etc.), les îles de la Petite-Terre, l’Ilet Kahouanne, le Grand îlet et le Chameau (Saintes), Saragot, Etangs de Saint-Martin, et la Pointe à Bacchus.
 
En savoir plus :

Santé

La Guadeloupe est un département à population jeune (31,6 % de la population âgés de moins de 20 ans). Pour autant, la part de personnes âgées augmente sensiblement, nécessitant une offre de soins gériatriques plus importante. La Guadeloupe se distingue par l’importance et la précocité des insuffisances respiratoires chroniques, et des affections telles que la dengue, la leptospirose spécifique au bassin caraïbéen, la drépanocytose (maladie génétique très répandue dans la population antillaise). De plus, la Guadeloupe reste l’un des départements français les plus touchés par le virus du sida.
L’analyse des services proposés par les établissements de santé a conduit les autorités sanitaires, l’ARH et la DSDS à engager un vaste plan de modernisation du système médical et médico-social sur la période 2006-2010 (plan hôpital 2007 prolongé par le plan hôpital 2012) dans le cadre du schéma régional de l’organisation sanitaire. Ainsi, sont programmés les travaux de mise aux normes de l’ensemble des infrastructures du secteur (hygiène et sécurité, surfaces de médicalisation, respect des normes anti-sismiques). Une meilleure répartition de l’offre de soins est également mise en œuvre.
Au 1er janvier 2006, la Guadeloupe comptait 1 052 professionnels de santé pour 100 000 habitants (1 505 en métropole), avec une densité sensiblement égale. Le taux d’équipement de la Guadeloupe, mesuré par le nombre de lits et places pour 1 000 habitants, se révèle relativement comparable à celui du département de la Martinique mais se situe encore en deçà du niveau relevé en métropole.
En savoir plus :
•    Cartographie des équipements de santé de Guadeloupe (site de l’ARH)
•    Direction de la Santé et du développement social de Guadeloupe
•    Agence Régionale d’Hospitalisation
•    Observatoire régional de la santé de Guadeloupe

Social

La sécurité sociale s’applique comme en métropole en matière d’assurance maladie, d’accidents du travail et d’assurance vieillesse. La couverture sociale, les allocations et prestations sont alignées sur celles de l’hexagone.
En savoir plus :
•    CAF de la Guadeloupe

 Dessertes aériennes et maritimes

La Guadeloupe est reliée par air et mer à la métropole, à la zone caraïbe, aux Etats-Unis et à l’Amérique du Sud. Parallèlement à l’aéroport international Pôle-Caraïbes de Pointe-à-Pitre, des aéroports secondaires ont été ouverts à Marie-Galante, La Désirade, et aux Saintes. L’activité portuaire est dominée par le port de Pointe-à-Pitre, mais le port de Basse-Terre se développe.
La desserte aérienne est assurée par l’aéroport Pôle-Caraïbes qui propose des liaisons régulières vers l’Hexagone, Miami, Montréal, Caracas et les îles de la Caraïbe. L’aéroport international Pôle Caraïbes est le 1er aéroport de l’outre-mer français, avec un trafic de 1 961 000 passagers hors transit, il peut accueillir 4 000 000 de passagers par an. Chaque île possède un aérodrome.
Le réseau routier s’étend sur 2500 km, et assure la totalité des déplacements de personnes et de transport de marchandises, en l’absence de réseau ferré. Une nouvelle organisation du transport urbain et interurbain est en cours de mise en place.
 
Mairie de 3 Rivières
Partager

À voir aussi