Publié le 16 novembre 2016

Guadeloupe - Histoire

C’est en 1493 que Christophe Colomb débarque sur l’île de Karukéra, qu’il baptise en référence au monastère espagnol de Santa Maria de Guadalupe situé en Estrémadure.

Guadeloupe précolombienne

Des vestiges archéologiques retrouvés témoignent d’une présence humaine en Guadeloupe au moins 3 000 ans avant J.C. La Guadeloupe fut peuplée par les Indiens Arawaks d’abord puis les Indiens Caraïbes au VIIIème siècle. Deux peuples originaires du Venezuela. En langue caraïbe, l’île se dénommait « Karékura », « l’île aux belles eaux » et s’appelle Gwadloup en créole.

Histoire de la Guadeloupe de 1493 à 1946

Christophe Colomb y débarque en novembre 1493 et la baptise Guadeloupe en référence au monastère Santa-Maria de Guadalupe en Estrémadure. Les Espagnols feront quelques tentatives pour la conquérir mais sans succès. C’est au XVIIème siècle, sous le patronage du cardinal de Richelieu, que des marchands français fondent la Compagnie des Îles d’Amérique et organisent la colonisation. Liénard de L’Olive et Plessis d’Ossonville prennent possession de l’archipel le 28 juin 1635, une guerre sans merci est livrée aux Indiens Caraïbes.

Charles Houel, gouverneur de 1643 à 1664, fonde la ville de Basse-Terre et dessine la vocation économique de la Guadeloupe avec la culture de la canne à sucre. Des Africains réduits en esclavage sont alors amenés dans les plantations pour répondre à la forte demande de main d’œuvre. En 1685, est proclamé le Code noir, il régit l’esclavage et la traite négrière dans les colonies françaises.

La période révolutionnaire sera une époque agitée pour la Guadeloupe qui est occupée en 1794 par les troupes anglaises mais rapidement reprise par le commissaire de la Convention, Victor Hugues. Il y proclame l’abolition de l’esclavage. En 1802, Bonaparte le rétablit et fait réprimer le soulèvement abolitionniste de Delgrès. C’est sur proposition de Victor Schœlcher que la République décide l’affranchissement définitif des esclaves par décret qui sera imposé le 27 mai 1848. Depuis 1871 et sans interruption, la Guadeloupe est représentée au Parlement.

De 1946 à nos jours

La Guadeloupe est un département français d’Outre-mer, depuis la loi du 19 mars 1946 adoptée après des débats importants au Parlement. Le député Paul Valentino, célèbre pour sa lutte contre le régime de Vichy représenté sur l’île par l’amiral Robert, s’oppose à la départementalisation. Elle finalement est accueillie en Guadeloupe comme en Martinique, avec enthousiasme et  premier préfet, Henry Poignet, est installé solennellement en 1947 par le ministre, Jules Much.

Le général de Gaulle présente des décrets visant à renforcer les pouvoirs de consultation des conseils généraux des départements d’Outre-mer en mai 1960. Ces derniers voient leurs pouvoirs s’accroître dans le domaine législatif et réglementaire, ainsi qu’en matière financière. En 1982, sous l’impulsion de la loi Defferre, la Guadeloupe est érigée en région monodépartementale. En 2003, à la suite à d’une réforme constitutionnelle le rendant possible, les Guadeloupéennes et Guadeloupéens refusent à 72,98 % (pour un taux de participation de 50,34 %) le référendum créant une collectivité unique qui aurait fusionné les compétences de la région et du département.

Le fort Delgrès
Partager

À voir aussi