Publié le 2 février 2017

Discours d'Ericka Bareigts > Rencontre annuelle du Service Militaire Adapté : 6000 chances pour les Outre-mer

Intervention d'Ericka BAREIGTS, Ministre des Outre-mer, lors de la rencontre annuelle du Service Militaire Adapté (SMA) au Cercle National des Armées, en présence de l’ensemble des chefs de corps ainsi que des partenaires institutionnels, privés et associatifs du SMA.

Seul le prononcé fait foi

Mon Général, Commandant le SMA,

Mon Général, Représentant le Ministre de la Défense,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Mesdames et Messieurs les élus locaux,

Monsieur le Conseiller du Président de la République,

Mesdames et Messieurs les partenaires du SMA, acteurs économiques, de la jeunesse et des outre-mer,

 

Je suis ravie de m’exprimer devant vous ce soir. Permettez-moi tout d’abord de vous remercier, Mon Général, ainsi que l’ensemble des équipes pour l’organisation de cet évènement !

**

J’ai été extrêmement touchée par les témoignages que nous venons d’entendre.

Soufiyane, Jonicka et Sébastien : vous pouvez, tous les trois, être fiers de votre parcours !

Vous avez su prendre en main votre avenir, vous avez su vous engager dans cette aventure exigeante et formatrice qu’est le SMA. Et vous avez tenu bon : en vous dépassant au quotidien, physiquement comme psychologiquement, en vous adaptant à ce nouvel environnement, en vivant dans cette nouvelle communauté. Tout cela n’est pas toujours facile, surtout lorsqu’on est jeune, vous avez dû rencontrer des difficultés, des doutes, des moments de solitude… J’ai moi-même quitté La Réunion, mon île natale, pour venir étudier à Paris et connais les difficultés que cela constitue parfois.

C’est pourquoi je veux vous le dire et à travers vous à l’ensemble des jeunes qui participent à cette aventure de chaque instant qu’est le SMA : le chemin que vous avez parcouru en seulement quelques mois est immense !

Vous avez suivi avec succès une formation de qualité, reconnue par les entreprises. Vous avez par ailleurs obtenu le permis de conduire qui vous sera extrêmement utile tout au long de votre vie. Enfin, vous disposez maintenant d’un emploi ; d’un apprentissage pour Sébastien. Vous avez réussi une des étapes clefs dans une vie – et je crois que l’ensemble de l’assistance sera d’accord avec moi sur ce point – l’insertion sur le marché du travail!

Au-delà des progrès réels et tangibles qui ont marqué ces derniers mois – un emploi, un apprentissage, un permis de conduire – vous avez gagné plus encore : vous avez appris sur vous-même. Vous savez que vous pouvez affronter les difficultés de la vie avec sang-froid et détermination. Vous savez donner à autrui car c’est aussi un des aspects du SMA : aider celles et ceux qui en ont besoin. Vous avez confiance en vous et en tout votre potentiel. En un mot, et je crois que nous l’avons tous vu ce soir encore, vous vous êtes réalisés. Vous avez pris en main votre destin.  

Ces résultats ont été obtenus grâce à votre implication, votre dynamisme et votre force de travail. Ils forcent le respect. C’est pourquoi je veux vous adresser mes plus vives félicitations !

Au-delà des réussites que vous illustrez tous les trois, Soufiyane, Jonicka et Sébastien, ce sont des milliers de jeunes qui participent au SMA chaque année.

Ce sont même – et c’est une fierté que de l’annoncer officiellement aujourd’hui, 6000 jeunes qui auront rejoint le SMA en 2017. L’objectif de doublement des effectifs accueillis au sein du SMA est réussi.

Ce sont ainsi pas moins de 15% d’une classe d’âge qui participent maintenant à ce projet éducatif extrêmement formateur. Les publics accueillis par le SMA sont parfois en situation de grande difficulté. Certains jeunes peuvent être en souffrance, connaissant l’illettrisme, la violence ou des rapports familiaux difficiles. Ce n’est évidemment pas le cas de la totalité des jeunes accueillis dans ces structures mais le SMA aide celles et ceux qui en ont besoin à dépasser les épreuves de la vie et à se reconstruire. Je veux rappeler que pas moins de 77% des jeunes ayant participé au SMA réussissent leur insertion professionnelle par la suite : ce sont des chiffres absolument remarquables ! En cela, le SMA participe d’une manière extrêmement précieuse à la cohésion sociale de nos territoires.

La démarche portée par le SMA – et il s’agit là d’une plus-value remarquable - est globale : elle apporte non seulement un hébergement, la restauration, une formation professionnalisante mais aussi une formation de la personne. Le SMA aide ainsi nos jeunes à développer tant leur savoir-faire que leur savoir-être. Cette démarche permet de dépasser les représentations erronées et les approches discriminantes dont certains peuvent souffrir et permet de faire éclore les talents de la jeunesse ultramarine. C’est ce qui fait aujourd’hui défaut à tant de dispositifs de formation et d’insertion.

C’est donc une grande joie de célébrer cette réussite ce soir avec vous !

Je tiens à cet égard à transmettre mes remerciements les plus sincères et chaleureux à l’ensemble des équipes qui font chaque jour le succès du Service Militaire Adapté.

Le commandement mérite un hommage appuyé : grâce à votre implication, nous avons pu offrir à plus de jeunes encore une chance de se réaliser par le SMA !

Mais je voudrais également saluer les personnels travaillant dans les différentes unités du SMA : s’ils ne sont pas avec nous ce soir, permettez-moi, Mon Général, de vous demander de leur transmettre mes remerciements les plus vifs. Ce sont eux qui permettent au quotidien à notre jeunesse de suivre les enseignements du SMA.

Le Ministère des Outre-mer – et ce fut une préoccupation constante – a su préserver sans relâche les moyens du SMA, y compris encore cette année : avec près de 200 millions d’euros par an depuis le début du quinquennat, c’est près d’un milliard qui a été investi par ce gouvernement dans le SMA et la jeunesse ultramarine (soit 10% du budget annuel du ministère).

  • De nouveaux bâtiments ont été construits ou réhabilités : la création de la maison du SMA à Nouméa, point central pour l’information et le recrutement des jeunes néo-calédoniens, la réorganisation à la Réunion autour du site de St Pierre, le bâtiment de restauration en Guadeloupe, etc.
  • Des recrutements sont organisés dans de nouveaux territoires : pour Walis et Futuna, pour Saint martin, pour les communes de l’intérieur en Guyane.
  • La capacité d’encadrement a été augmentée, pas suffisamment tant la progression des effectifs a été rapide.

Le SMA dispose désormais d’une nouvelle assise, encore plus structurante et incontournable dans le paysage ultramarin.

Je suis d’ailleurs extrêmement fière que les Outre-mer et le SMA aient inspiré, au niveau national, le dispositif du Service Militaire Volontaire - SMV. Depuis le 1er juillet 2015 – et c’était un souhait du Président de la République -, le Ministère de la Défense déploie le SMV à destination de tout jeune, quel que soit son sexe ou son niveau d’études, de 18 ans à 25 ans. Ce dispositif bénéficiera, je l’espère, autant à la jeunesse de l’Hexagone qu’il ne bénéficie aujourd’hui à la jeunesse ultramarine.   

C’est un motif de satisfaction pour nos territoires que d’inspirer un nouveau dispositif au niveau national : c’est bien la preuve que les Outre-mer constituent de formidables atouts pour notre pays tout entier !

**

Enfin, je souhaiterais profiter de l’opportunité qui m’est offerte de m’exprimer devant vous pour évoquer certaines dimensions méconnues du SMA, qui constituent autant de perspectives d’avenir. L’enjeu n’est aujourd’hui plus quantitatif, il ne s’agit pas de continuer la croissance au-delà de 6000 places, les enjeux sont avant tout qualitatifs et sociétaux.

Tout d’abord la lutte contre l’illettrisme est un enjeu majeur pour les outre-mer. 37% des bénéficiaires du SMA connaissent des difficultés importantes de lecture : l’accueil et la prise en charge de ce public constitue un défi quotidien pour le SMA. Ce défi est magnifiquement honoré chaque jour et je crois qu’il n’y a pas de plus belle réussite que de permettre à un jeune d’apprendre la lecture !

Le SMA a su se doter des outils et partenaires pour lutter contre l’illettrisme et former notre jeunesse la moins qualifiée, la plus fragilisée. Je pense par exemple au partenariat avec le "Labo des Histoires" à la Réunion, pour améliorer le rapport des jeunes avec l'écriture. Cette action du SMA mérite une plus grande intégration et valorisation dans les politiques territoriales menées par les collectivités.

Un deuxième enjeu du SMA – je le disais tout à l’heure – est celui de la reconstruction de la jeunesse. Reconstruction individuelle, personnelle pour ces jeunes ayant connu des situations familiales difficiles avec des problèmes affectifs ou sociaux : ils doivent faire l’objet d’un accompagnement particulier car on ne peut pas construire son avenir professionnel sans avoir réglé ses problèmes personnels

Le SMA s’est ainsi doté de compétences médico-psycho-sociales pour traiter ces situations et permettre à chacune et chacun qui le nécessite de disposer d’une aide appropriée. Je veux ce soir rendre hommage à ces personnels médicaux et psycho-sociaux qui participent eux aussi au succès du SMA. Grâce à eux, les jeunes peuvent saisir la nouvelle chance qui leur est donnée.

Ces compétences doivent continuer à se structurer, en pôles, et s’ancrer dans des réseaux professionnels et associatifs locaux, en s’inspirant de l’expérience développée par la Martinique à ce sujet.

Enfin, le SMA s’inscrit au cœur des grands enjeux propres à chaque territoire ultramarin. En Guyane, l’accueil des populations des communes de l’intérieur par le SMA permet aux Amérindiens et Bushinenges de trouver leurs propres voies, entre sociétés traditionnelle et moderne, entre attachement à leur territoire et désir de découverte. A Mayotte, en proposant une coopération avec les Comores, le SMA contribue à resserrer les liens au sein de l’Océan Indien.

Dans chaque territoire, le SMA s’efforce de faire émerger les activités et métiers dont a besoin le territoire : le développement de la polyvalence dans les territoires isolés, la filière piscicole, l’installation de la fibre pour le passage au haut débit, les carrières sociales… Chaque régiment prépare à une vingtaine de formations des plus diversifiées et porteuses.

Il faut continuer à cultiver cet enracinement, cette capacité à se saisir d’une problématique locale et y apporter une solution, en lien avec les acteurs socioéconomiques du territoire.

J’invite ainsi le SMA à s’inscrire dans les dynamiques qu’ouvriront les plans de convergence, disposition du projet de loi égalité réelle outre-mer que j’ai porté à l’assemblée en octobre et au sénat en janvier. Ces plans de convergence permettront en effet à chaque territoire de définir sa propre trajectoire, la plus adaptée à ses enjeux éducatifs, de lutte contre l’illettrisme, de formation professionnelle, de coopération régionale, etc. Autant d’enjeux auxquels le SMA peut contribuer.

**

Mesdames et Messieurs,

Le SMA, bien qu’existant depuis près de 60 ans, est porteur de modernité : il a su s’adapter aux nouveaux enjeux et défis des Outre-mer. Il continuera sans doute à inspirer des dispositions nationales car il a cette qualité essentielle que d’être pleinement ancré dans le réel : le réel personnel et intime, le réel économique et professionnel, le réel ultramarin et océanique !

Vous pouvez donc compter sur moi pour veiller à ce que vous disposiez des moyens suffisants pour continuer votre action si nécessaire.

Le SMA permet l’apprentissage des valeurs républicaines qui nous sont si chères. Liberté, égalité, fraternité : ces principes sont au cœur du projet éducatif.

Aux plans individuels comme collectifs, le SMA permet à notre jeunesse de se réaliser. C’est un appui décisif qui leur est offert : nous changeons des vies chaque jour. C’est pourquoi je suis fière de ce dispositif. Car la France est grande lorsqu’elle fait une place à chacune et chacun de ses concitoyens.

Je vous remercie.

 

Partager