Publié le 27 juillet 2017

Discours d'Annick Girardin au centre Tjibaou, réception du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Allocution d'Annick Girardin prononcée lors de la réception du gouvernement de Nouvelle-Calédonie au centre culturel Tjibaou, à l'occasion du 70e anniversaire de la conférence des Communautés du Pacifique (CPS) à Nouméa.

Monsieur le Président de la Communauté du Pacifique et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie,
Monsieur le Directeur Général de la CPS,
Mesdames, Messieurs les présidents, les chefs de gouvernement, les ministres et les élus,
Madame, Messieurs les directeurs généraux des organisations internationales,
Monsieur le représentant de l’Union Européenne,
Mesdames, Messieurs les collaborateurs de la CPS,
Chers amis,
 
Je voudrais, Monsieur le Président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et président de la Conférence de la Communauté du Pacifique, vous remercier chaleureusement pour votre accueil mais aussi pour avoir choisi le Centre Culturel Tjibaou, pour cette réception qui clôt notre première journée de travail et de discussion autour du thème : « des partenariats innovants au service du développement durable ».
Le lieu dans lequel nous nous trouvons est symbolique de la Mélanésie et de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. Outre la beauté des lieux, ce centre est le symbole du dialogue et du partage dans le monde océanien. Il porte le nom d’un des plus grands hommes de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie, Jean-Marie Tjibaou. Avec Jacques Lafleur, nous gardons en mémoire qu’ils ont su tous les deux travailler main dans la main, en mettant de côté leurs différences afin de construire un destin commun et de paix pour la Nouvelle-Calédonie. Je tiens à saluer avec émotion la mémoire de ces deux grands hommes, leurs valeurs de partage, leur volonté de dialogue pour permettre à tous les habitants de Nouvelle-Calédonie de vivre ensemble. Je sais combien cette démarche d’avenir a été source d’espoir et d’inspiration dans le Pacifique voire même au-delà.

 

Mesdames, Messieurs,
Le Centre Culturel Tjibaou valorise le patrimoine archéologique, ethnologique et linguistique kanak. Il encourage les formes contemporaines de la culture. Il est un espace d’échanges notamment avec les autres pays du Pacifique. Il était donc normal de nous y retrouver pour célébrer le passé et nous tourner résolument vers le futur comme nous y incite l’architecture créative de Renzo Piano.
 
Demain nous célébrerons les 70 ans de la Communauté du Pacifique, soixante-dix ans que des femmes et des hommes travaillent avec acharnement, dévouement et professionnalisme au développement social, économique, et culturel des populations et des territoires du Pacifique. Ils se projettent dans le futur et l’invente. Outre son histoire, ce sont son efficacité et sa capacité d’adaptation qui ont fait de la CPS une organisation à part Ses mérites sont reconnus dans l’ensemble de l’Océanie et sur la scène internationale. Un patrimoine qu’il nous appartient de prolonger. Je veux donc saluer ce soir tous les personnels qui ont travaillé à et pour la CPS et y travaillent aujourd’hui. Je veux les remercier pour tout ce qu’ils accomplissent au quotidien depuis tant d’années et dont nous que prenons pas toujours le temps de célébrer.
Je tiens également à féliciter et à souhaiter de nombreux succès au Président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à qui revient la présidence de la Conférence de la Communauté du Pacifique pour les deux prochaines années. C’est une première dans l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et celle de la CPS, même si je n’oublie pas que la première Conférence du Pacifique Sud s’est tenue à Nouméa en 1950.
Depuis des décennies, les autorités de Nouvelle-Calédonie et les Calédoniens ont fait, et font tout ce qui est en leur pouvoir pour offrir à la CPS, ses collaborateurs et les délégations qui s’y rendent, les meilleures conditions d’accueil et de travail. L’emménagement dans les nouveaux locaux de l’Anse Vata en 1995 en a été l’une des expressions de l’accueil calédonien.
 
C’est pour nous une source de fierté que la Nouvelle-Calédonie accueille le seul siège d’une organisation internationale dans nos territoires d’outre-mer. Nous savons que c’est une responsabilité importante qui nécessite un engagement durable du Territoire et de l’État. Nous y sommes disposés.
 
Sachez que la France sera à vos côtés car il s’agit d’améliorer le quotidien des populations océaniennes. Ce quotidien peut devenir, pour nombre d’entre elles, difficile à l’avenir avec le défi que constituent les conséquences du changement climatique. Comme j’ai pu vous le dire ce matin, la lutte contre les effets du changement climatique est une priorité pour la France. Les résultats que nous avons obtenus ensemble lors de la COP21 sont une bonne nouvelle pour notre planète. Nous avons encore énormément de travail devant nous pour veiller à ce que tous les engagements pris soient respectés, mais je sais pouvoir compter sur vous et la CPS car il s’agit de trouver tous ensemble des solutions durables, innovantes aux défis de notre siècle.
 
La coopération régionale et internationale nous permettra de relever les défis auxquels nous allons devoir faire face. À cet égard, je tiens à saluer la présence de Monsieur Yukiya AMANO, Directeur Général de l’Agence International de l’Énergie Atomique, qui a signé à Vienne le mois dernier, un accord novateur de coopération scientifique et technique avec la Communauté du Pacifique afin de mettre en place différents projets pour améliorer la vie quotidienne des populations océaniennes. Ces projets vont de l’adaptation des cultures au changement climatique, ou de la recherche de solutions pour les traitements locaux de maladies dans les États insulaires du Pacifique.
 
En conclusion, je veux souligner à nouveau que la France a une place à part entière au sein de l’Océanie. Elle s’engage avec ses partenaires de l’Union européenne. Nous continuerons à être au service du développement des États et territoires du Pacifique et des peuples d’Océanie au côté de la CPS et des organisations régionales.
Monsieur le Président, merci encore, pour cette très agréable soirée.
Contact
Service de presse
Annick Girardin : 01 53 69 26 74
Retrouvons-nous sur les réseaux : #outremer
Twitter : @AnnickGirardin - @loutremer
Facebook :  @annickgirardin.fr - @lesoutremer
Partager

À voir aussi