Publié le 10 mai 2019

CP >Commémoration de la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions

Paris, le 10 mai 2019 – Communiqué de presse conjoint de Franck Riester, ministre de la culture et Annick Girardin, ministre des outre-mer à l'occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, accompagné de la liste des soutiens financiers de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage.

En ce jour du 10 mai, et à la suite de l'annonce par le Président de la République de la création de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage, nous tenons à saluer l'ensemble des acteurs de la mémoire de la traite, de l'esclavage et de ses victimes, leurs descendants, ainsi que le groupement d’intérêt public animé par Jean Marc Ayrault pour l'important travail de consensus qui a gouverné le travail de préfiguration de la fondation dont les statuts ont été décidés en conseil d’administration le 30 avril dernier.

Nous saluons aussi l’action déterminée du comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage qui, depuis de très nombreuses années, a œuvré pour organiser ces cérémonies nationales, diffuser la connaissance de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions dans le monde scolaire, susciter des débats et récompenser des travaux de recherche.

De nombreux partenaires, aux côtés des collectivités de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique, de Mayotte et de La Réunion, se sont engagés dès à présent dans cette démarche d’utilité publique. Un comité de plus de 40 personnalités vient en soutien de cette démarche fondatrice et fédératrice.

Nous commémorons ces siècles douloureux et intimement liés à notre Histoire nationale et européenne, pour mieux comprendre et ne pas oublier.

En outre, au-delà de cette commémoration du 10 mai, des actions sont conduites, notamment culturelles, portées par nos deux ministères pour que cette mémoire s’incarne dans des œuvres qui visent à rassembler et à toucher l’ensemble de nos concitoyens.

Le président de la République a insisté : cette mémoire nous oblige. Cette Histoire nous unit au delà des outre-mer, à l’Afrique, à la Caraïbe, aux Amériques et à l’Océan Indien et au Monde entier.

C'est en défendant les valeurs républicaines et l’engagement de la France contre l'asservissement des populations, contre le racisme, contre les discriminations, contre les ségrégations et contre tous les renoncements aux droits humains et universels, que la France en regardant avec une acuité toujours renouvelée son passé, sera rassemblée toute entière.

 

Partager